Dynamisme de l’AFPBN au Cœur de l’Encéphale 2024 !

Les sections de l’AFPBN ont brillé par leur présence active, captivante et novatrice lors du Congrès de l’Encéphale, événement majeur de la psychiatrie française. Leurs communications ont non seulement reflété l’excellence scientifique mais ont également démontré un engagement passionné envers l’évolution de notre discipline. Explorez le panorama diversifié des sections de l’AFPBN pour découvrir comment chacune, à sa manière, contribue à façonner l’avenir de la psychiatrie.
Rejoignez-nous dans cette aventure passionnante, découvrez les sections de l’AFPBN dès maintenant !

 

Revenons sur les actions de nos sections lors du congrès :

      Section Médecine Psychosomatique à la Session « Schizophrénie – La vraie vie ».

Titre : « Corps et Schizophrénie : Approche intégrative santé physique – santé mentale »
Intervenant de l’AFPBN : Jean-Christophe CHAUVET-GELINIER, Dijon

Rappelant tout d’abord des données épidémiologiques robustes, à savoir la forte prévalence des comorbidités somatiques dans la schizophrénie, notamment les pathologies cardiovasculaires et métaboliques d’expression très précoce et très délétère, cette présentation souligne ensuite combien les pathologies somatiques en assombrissent également le pronostic psychiatrique en termes de réadmissions hospitalières et de conduites suicidaires. Ces constats s’appuyant sur des travaux solides, incitent à considérer la schizophrénie comme une multimorbidité somato-psychique justifiant alors la promotion de comportements de santé et de stratégies thérapeutiques ad-hoc, approches intégratives développées dans la dernière partie de la communication.

Cette thématique constitue enfin une occasion d’affirmer que #ChoisirPsychiatrie, ce n’est pas discriminer santé physique et santé mentale, mais c’est assurément choisir une spécialité s’intéressant à des pathologies du cerveau et du corps entier, incluant une approche intégrative de Médecine Psychosomatique.


Section TDAH : Présentation d’un poster sur les « Recommandations françaises sur les traitements médicamenteux du TDAH chez l’adulte »

Rédacteurs de l’AFPBN : Sébastien WEIBEL, Strasbourg & Hervé JAVELOT, Brumath

Cliquez-ici pour découvrir le poster !


  &      Sections Neuropsychiatrie et Neuropsychopharmacologie : Présentation conjointe des 2 sections durant la session « Sexualité la grande absente ».

Titre : « Les effets secondaires des psychotropes : regards croisés »
Intervenants de l’AFPBN : Coraline HINGRAY, Nancy & Hervé JAVELOT, Brumath

Les psychotropes peuvent tous induire des effets indésirables sexuels. La difficulté de la discrimination entre l’imputabilité iatrogène et clinique reste néanmoins très souvent problématique. Lors de cette présentation ont notamment été présentés pour les antidépresseurs et les antipsychotiques : les traitements reconnus comme les plus impactant sur la sexualité et les stratégies d’adaptation. Parmi celles-ci on identifie : la baisse de posologie et le switch vers un traitement mieux toléré de la classe ; lorsque le rapport bénéfice-risque est favorable. Une autre option reste le recours à des traitements d’adjonction. Ces dernières stratégies peuvent présenter des niveaux de validité différents entre les hommes et les femmes.


   Section Neuropsychopharmacologie : Session « Dépression : Résistance ! ».

Titre : « Comment contrer la résistance ? »
Intervenant de l’AFPBN : Antoine YRONDI, Toulouse

Les troubles dépressifs représentent une cause majeure d’invalidité avec un impact sur la qualité de vie et augmente le risque de mortalité. Près d’un tiers des patients n’atteignent pas la rémission symptomatique et/ou fonctionnelle sous antidépresseurs. Les contextes de faible ou non réponse aux traitements sont définis à travers les concepts de dépression avec réponse partielle et dépression résistante au traitement, même si actuellement le concept de dépression difficile à traiter semble plus approprié. Lors de cette session, nous revenons sur les différentes stratégies thérapeutiques potentielles en s’appuyant sur les recommandations formalisées d’expert publiées en 2024 ainsi que sur les travaux concernant la psychiatrie de précision. Nous revenons sur la place des stratégies de combinaisons et des stratégies d’adjonction avec en particulier, le lithium, les antipsychotiques à faibles posologies, les agonistes dopaminergiques, la kétamine et son énantiomère S. Nous abordons également la place de la neurostimulation comme l’electroconvulsivothérapie, la stimulation magnétique transcrânienne répétées ainsi que la stimulation du nerf vague. L’ensemble de ces prises en charge s’inscrivent dans une prise en charge plus globale prenant en considération l’activité physique, le sommeil, l’alimentation ainsi que le trouble d’usage des substances.

 


   Section Psychiatrie Légale : Retour sur les actions de la section à venir prochainement !