Breaking news from APA colloquium 2017 – San Diego

 

Grâce au soutien de l’Association Française de Psychiatrie Biologique et Neuropsychopharmacologie (AFPBN), j’ai eu la chance de participer au Research Colloquium organisé par l’American Psychiatric Association (APA) du 18 au 21 mai 2017.

 

Ce Research Colloquium est né d’une initiative du bureau de l’APA. L’objectif de ces rencontres est de promouvoir les échanges entre les jeunes chercheurs se prédestinant à une carrière scientifique et universitaire et des mentors de renommée internationale. Plusieurs sections sont proposées : Clinical Psychobiology (à laquelle j’ai participé) ; Treatment ; Alcohol ; Pain, and Drug Abuse ; Neuroscience. Chacune de ces sections est composée d’une quinzaine de participants. Le principe général est de mettre en lien un chercheur junior (Mentee) et un chercheur senior (Mentor) avec qui il est possible d’échanger, pendant et en dehors de l’événement. Les grands thèmes abordés sont aussi bien axés sur le travail de recherche pur (rédaction de protocole, travail sur la méthodologie, le plan d’analyse statistique, etc …), mais aussi sur la carrière universitaire, la réponse à des appels d’offre, la recherche des post-doctorats, l’équilibre travail/vie personnelle.

 

Plusieurs temps sont dédiés aux échanges avec « son » Mentor mais aussi l’ensemble des participants au Colloquium.

Tout d’abord, en amont du voyage, un Webinar est réservé à chaque section et consacré à la présentation des objectifs du programme. Chaque participant est ensuite invité à se présenter pendant une courte intervention.

Ensuite, la participation à ce programme vous offre l’opportunité de participer au congrès de la Society Of Biological Psychiatry (SOBP) qui est l’un des congrès les plus côtés au monde dans le domaine de la psychiatrie biologique et en neurosciences. Durant ce congrès, j’ai pu participer l’Early Career Investigator. Autour d’un petit déjeuner, dans une ambiance conviviale, chaque Mentee prend part à successivement 3 tables rondes (sur les thèmes déclinés ci-dessus) qui sont animées par deux mentors. Vous aurez l’occasion de discuter avec les plus grands noms que vous voyez circuler sur les publications scientifiques de plus haut rang.

Après ces rencontres introductives, a lieu la journée propre au Research Colloquium. Tous les Mentees et Mentors se retrouvent en marge du congrès de l’APA. L’ensemble des participants sont répartis en petits groupes de 4 Mentees et 4 Mentors durant une matinée. Cette matinée est consacrée à la présentation de votre travail de recherche. Votre travail est critiqué, décortiqué par l’ensemble des participants. Il s’agit d’une expérience très enrichissante. Outre l’exercice de présenter en anglais, la chance d’être discuté par plusieurs scientifiques de façon focalisée sur votre projet est précieuse. A l’issue de cette relecture critique de votre travail, une discussion plus générale sur votre carrière est entamée. Elle est aussi l’occasion d’ouvrir de nouvelles perspectives. L’après-midi est dédié à la session poster. En effet, le projet recherche présenté fait l’objet également d’un poster. Votre poster est examiné par 4 reviewers (autres que les mentors qui vous ont encadré le matin). Ces 4 reviewers sont d’obédiences différentes (cliniciens, statisticiens, méthodologistes, neuropsychologues, etc…). C’est l’opportunité de retravailler la présentation d’un poster. Tout au long de la journée j’ai également échangé avec mes collègues Mentees et d’échanger sur nos parcours respectifs.

Enfin, quelques mois après cette expérience, un dernier Webinar est organisé pour faire un retour sur les retombées et bénéfices que les Mentees ont pu en retirer. Vous échangez durant une heure autour des différents thèmes abordés durant ce Colloquium.

 

Ce Colloquium a été pour moi l’occasion de créer des liens outre atlantiques avec un certain nombre de mentors. Les échanges furent riches, très instructifs même si parfois l’expérience des mentors était inspirée de la culture académique américaine donc ne prenant pas en compte la réalité française et européenne. J’ai pu, après ces rencontres garder contact avec certains d’entre eux. Ils ont pu être de très bons conseils sur les orientations de ma carrière scientifique, des stratégies de publication, etc… En résumé, une telle expérience ouvre des portes et des perspectives. Il s’agit d’une chance unique, permise par le soutien de l’AFPBN, que je remercie profondément.

 

Jean-Marie Batail – PH de psychiatrie – Pole Hospitalo-Universitaire de Psychiatrie Adulte – Rennes